Parution de Botany Letters #166-2

Le 2e fascicule du tome 166 de Botany Letters est en ligne !

L’accès à tous les articles de Botany Letters est gratuit pour nos adhérents.

Au sommaire :

Editorial

Focus editorial: new contributions in diatom research
Benoît Schoefs, Christine Cocquyt, Luc Ector & Bart Van de Vijver
Pages: 115-116
Published online: 19 Aug 2019
Citation | Full Text | References | PDF (313 KB)

Biodiversity & Conservation biology

Hybridization of Bornean Melastoma: implications for conservation of endemic plants in Southeast Asia
Yacheng Cai, Fei Wang, Guangwen Tan, Zhenyang Hu, Yongqi Wang, Wei Lun Ng, Wei Wu, Ying Liu & Renchao Zhou
Pages: 117-124
Published online: 24 May 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1155 KB) | Supplemental
Status assessment of the rare aquatic plant Groenlandia densa (L.) Fourr. (Potamogetonaceae) in the Western Balkans
Vedran Šegota, Bojan Zlatković, Dragana Vukov, Antun Alegro, Nikola Koletić, Nina Vuković & Anja Rimac
Pages: 125-133
Published online: 14 Mar 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1646 KB) | Supplemental
Genome size variation and polyploidy in the geographical range of Juniperus sabina L. (Cupressaceae)
Perla Farhat, Sonja Siljak-Yakovlev, Robert P. Adams, Magda Bou Dagher Kharrat & Thierry Robert
Pages: 134-143
Published online: 14 May 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1670 KB)
A natural hybrid of Impatiens, in the introduced range, demonstrated by sequence analysis of the nuclear ribosomal DNA-gene repeat
J.L.C.H. van Valkenburg, N. Schoenenberger, B.T.L.H. van de Vossenberg, W.A. Man in ’t Veld, M. Westenberg & E. Boer
Pages: 144-152
Published online: 19 Mar 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1296 KB) | Supplemental

Systematics Taxonomy

A rearranged homoploid hybrid species of Origanum (Lamiaceae): O. ×munzurense Kit Tan & Sorger
Tuncay Dirmenci, Taner Özcan, Mikail Açar, Turan Arabacı, Türker Yazıcı & Esra Martin
Pages: 153-162
Published online: 01 Apr 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1517 KB)
Contribution to the flora of Asian and European countries: new national and regional vascular plant records, 8
Marcin Nobis, Ewelina Klichowska, Ana Terlević, Anna Wróbel, Andrey Erst, Richard Hrivnák, Aleksandr L. Ebel, Valery N. Tikhomirov, Vyacheslav V. Byalt, Polina D. Gudkova, Gergely Király, Laura M. Kipriyanova, Marina Olonova, Renata Piwowarczyk, Artur Pliszko, Stanisław Rosadziński, Alexey P. Seregin, Vitaliy Honcharenko, Jolanta Marciniuk, Paweł Marciniuk, Krzysztof Oklejewicz, Mateusz Wolanin, Oyuntsetseg Batlai, Kateřina Bubíková, Hyeok Jae Choi, Maxim A. Dzhus, Judita Kochjarová, Attila V. Molnár, Agnieszka Nobis, Arkadiusz Nowak, Helena Oťaheľová, Miklós Óvári, Igor I. Shimko, Baasanmunkh Shukherdorj, Gábor Sramkó, Victoria I. Troshkina, Alla V. Verkhozina, Wei Wang, Kunli Xiang & Elena Yu. Zykova
Pages: 163-188
Published online: 23 May 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1868 KB)

Paleobotany

A new species of permineralized palm stem from the Maastrichtian–Danian sediments of Central India and its palaeoclimatic signalMahasin Ali Khan, Kakali Mandal & Subir Bera
Pages: 189-206
Published online: 15 May 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (4874 KB)

SI Diatom

Identification of an epiphytic diatom on Nitzschia sigmoidea (Bacillariophyceae)
Vincent Roubeix & Françoise Chalié
Pages: 207-211
Published online: 19 Mar 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (971 KB) | Supplemental
Two sub-Antarctic and Northern Europe distributed diatom species found in a middle-mountain lake in France
David Heudre, Carlos E. Wetzel, Bart Van de Vijver, Laura Moreau & Luc Ector
Pages: 212-220
Published online: 21 Mar 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1513 KB)
Cocconeis rouxii Héribaud & Brun a forgotten, but common benthic diatom species from the Massif Central, France
Carlos E. Wetzel, Aude Beauger & Luc Ector
Pages: 221-233
Published online: 25 Mar 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (4069 KB)
Two new aerophilic species of Stauroneis Ehrenberg (Bacillariophyta) from the Eastern Himalayas
Neha Wadmare, Surajit Roy, John Patrick Kociolek & Balasubramanian Karthick
Pages: 234-245
Published online: 06 May 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (2901 KB)
Observation of Eunotia enigmatica (Bacillariophyta), a rare South-American diatom species, in the Congo Basin, tropical Africa
Christine Cocquyt, Jacob Mambweni Makaya & Mamie Ngendja Kabitoma
Pages: 246-253
Published online: 03 May 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1924 KB)
Craticula widouensis, a new diatom (Bacillariophyta) species of a Sahelian temporary pond (North Senegal)
Aude Beauger, Carlos E. Wetzel, Jean-Luc Peiry, Olivier Voldoire & Luc Ector
Pages: 254-267
Published online: 03 Jul 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (2069 KB) 
Réseaux sociaux

Attribution du prix Jussieu 2019

Nous sommes heureux d’annoncer les lauréats du prix Jussieu 2019, attribué pour le meilleur article paru dans Botany Letters en 2018.

Lavandula stoechas, par Magali Chabbert (CC by-sa, via Tela Botanica)

En 2019, pour la troisième année, la Société botanique de France a décerné le prix Jussieu à l’article qui a été considéré le meilleur parmi ceux publiés en 2018. Le jury est composé de six éditeurs dont les deux éditeurs-en-chef.

Cette année le prix a été décerné à Sandrine Moja de l’Université Jean Monnet Saint-Etienne pour son travail “A Comparative Study of Terpene Composition in Different Clades of the Genus Lavandula”, publié dans le numéro spécial (volume 165, fascicule 3-4). (Guitton et al. 2018)

Guitton, Y., F. Nicolè, F. Jullien, J.-C. Caissard, D. Saint-Marcoux, L. Legendre, B. Pasquier, and S. Moja. 2018. “A Comparative Study of Terpene Composition in Different Clades of the Genus Lavandula.” Botany Letters 165 (3–4): 494–505.
doi:10.1080/23818107.2018.1500305
[Taylor & Francis Online], [Web of Science ®], [Google Scholar]

Ce travail vise à documenter la diversité des composés des huiles essentielles de Lavandula, et plus particulièrement la variation des terpènes entre les espèces.

Les auteurs ont démontré que la composition terpénique n’est pas appropriée pour la reconstruction phylogénétique ni pour la chimiotaxonomie du genre Lavandula, mais ont montré que la diversité terpénique permet d’y distinguer les différents sous-genres.

Sur la base de leurs résultats, les auteurs proposent des hypothèses d’évolution de la biosynthèse des terpènes dans le genre Lavandula ainsi que des pistes de travail relatives au rôle écologique probable de ces terpènes chez les différentes espèces.

Ce travail montre une approche globale traitant de la systématique, des traits de vie, de la phytochimie et de la génétique, ce qui a été très apprécié par le jury. Le prix de 5 000 € devra aider l’équipe à poursuivre ses recherches.


Le texte original en anglais de l’annonce du prix Jussieu 2019 est paru dans l’éditorial du nº 166-1 de Botany Letters, accessible en ligne.

Réseaux sociaux

Parution de Botany Letters #166-1

Le 1er fascicule du tome 166 de Botany Letters est en ligne !

L’accès à tous les articles de Botany Letters est gratuit pour nos adhérents.

Scanning electron microscopy (SEM). 42: Aulacoseira granulata var. angustissima, external mantle view; 43–44: Aulacoseira granulata, external mantle view; 45–46: Aulacoseira ambigua, external mantle view; 47: Aulacoseira pusilla, external mantle view; 48: Aulacoseira subarctica, external mantle view; 49: Cyclostephanos dubius, external valve view; 50: Stephanodiscus neoastraea, external valve view. in Giuseppina et al. 2019 (https://doi.org/10.1080/23818107.2018.1466726)

Au sommaire :

Editorial

Elisabeth Dodinet, Sophie Nadot & Benoît Schoefs
Pages: 1-2
Published online: 06 Mar 2019
Citation | Full Text | References | PDF (256 KB) |

36th AdLAF Symposium

Pseudostaurosira bardii (Fragilariaceae, Bacillariophyta), a new species from a saline hydrothermal spring of the Massif Central (France)
Aude Beauger, Carlos E. Wetzel, Olivier Voldoire & Luc Ector
Pages: 3-13
Published online: 26 May 2018
Abstract | Full Text | References | PDF (1899 KB)
Diatom assemblages from different substrates of the Casteldoria thermo-mineral spring (Northern Sardinia, Italy)
Giuseppina G. Lai, Bachisio M. Padedda, Carlos E. Wetzel, Marco Cantonati, Nicola Sechi, Antonella Lugliè & Luc Ector
Pages: 14-31
Published online: 30 May 2018
Abstract | Full Text | References | PDF (3966 KB)
Assessing the severity of diatom deformities using geometric morphometry
Angélique Cerisier, Jacky Vedrenne, Isabelle Lavoie & Soizic Morin
Pages: 32-40
Published online: 29 Jun 2018
Abstract | Full Text | References | PDF (1529 KB) | Supplemental

Systematics, Taxonomy

First record of Balkan Thymus jankae (Lamiaceae) from Ukraine, with taxonomic remarks on the species
Viktor O. Nachychko, Yevhen V. Sosnovsky & Vitaliy I. Honcharenko
Pages: 41-50
Published online: 04 Dec 2018
Abstract | Full Text | References | PDF (1628 KB) | Supplemental

Physiology, Anatomy and Morphology

Effects of available soil silicon on the formation of phytoliths in Phragmites australis (Cav.) Trin. ex Streud, Poaceae
Jiangyong Wang, Linjing Liu, Zhuo Gao & Dongmei Jie
Pages: 51-63
Published online: 03 Dec 2018
Abstract | Full Text | References | PDF (2266 KB)
CYCLOIDEA gene activity, local growth and curvature in the dorsal petal of Lathyrus odoratus (Fabaceae)
C. Woollacott, L. Wang, S. T. Beyer, K. Walus & Q. C. B. Cronk
Pages: 64-69
Published online: 21 Sep 2018
Abstract | Full Text | References | PDF (912 KB)
Complexities in identifying seed storage behavior of hard seed-coated species: a special focus on Lauraceae
Ganesh K. Jaganathan, Jiajin Li, Yashu Yang, Yingying Han & Baolin Liu
Pages: 70-79
Published online: 11 Jan 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1114 KB)

Ecology

Prevalence of legitimate pollinators and nectar robbers and the consequences for fruit set in an Antirrhinum majus hybrid zone
Christophe Andalo, Monique Burrus, Sandrine Paute, Christine Lauzeral & David L. Field
Pages: 80-92
Published online: 04 Dec 2018
Abstract | Full Text | References | PDF (1337 KB)
Past landscape features may be captured by historical floristic data. A case study in northern Italy
Fabrizio Buldrini, Enrico Muzzi & Giovanna Pezzi
Pages: 93-103
Published online: 14 Jan 2019
Abstract | Full Text | References | PDF (1879 KB) | Supplemental

Biodiversity & Conservation biology

Performance, genetic and ecological insights for the conservation of the endangered large pink, Dianthus superbus L. (Caryophyllaceae) in semi-natural grassland
Laurent Hardion, Marine Pouvreau, Eugénie Schwoertzig, Michel Hoff, Julie Nguefack & Isabelle Combroux
Pages: 104-112
Published online: 03 Dec 2018
Abstract | Full Text | References | PDF (1076 KB) | Supplemental

Lists of Reviewers

Acknowledgement to Reviewers
Pages: 113-114
Published online: 05 Apr 2019
Citation | Full Text | PDF (168 KB)
Réseaux sociaux

Offre de thèse « Des biomasses végétales aquatiques comme source de biofloculant pour le traitement des eaux »

Jussie envahissant les barthes d’une rivière landaise. Image : Florent Beck (CC by-sa, via Tela Botanica)

Présentation du projet de thèse :

Ce projet permet d’envisager le développement d’une économie circulaire autour d’une biomasse largement disponible en région Nouvelle-Aquitaine que ce soit du point de vue des macrophytes aquatiques autochtones (myriophylle à fleurs alternes, myriophylle en épi, renoncule en pinceau…) ou invasifs (jussies, myriophylle brésilien, lagarosiphon, élodée…) que des sous-produits des biotechnologies bleues basées sur la culture des algues.

En effet, la biomasse des plantes autochtones a été estimée sur la Vienne à 1014 t de biomasse fraîche égouttée soit 85 t de masse sèche pour 27 km de rivière et 191 ha de surface d’herbier (tous types confondus) (L. Chabrol, comm. Pers.) et pour les plantes exotiques envahissantes cette biomasse est également importante et peut atteindre de 1 à 4 kg de masse sèche/m 2 dans certaines zones des lacs aquitains comme celui de Lacanau (IRSTEA, 2016).

Un autre genre de plante invasive retrouvé fréquemment est Ludwigia -les jussies- qui colonise également les cours d’eau comme le démontre la cartographie réalisée en Poitou-Charentes. L’élimination de ces végétaux invasifs est difficile et la meilleure option reste, pour l’instant, l’arrachage qui est une technique extrêmement coûteuse puisqu’une estimation indique un coût de 46 900 €/ ha (Spasovski, 2001 cité par Dandelot, 2004).

Cette biomasse pourrait donc constituer une source importante de molécules naturelles valorisables. Nous nous proposons donc de rechercher dans ces végétaux aquatiques de molécules qui pourraient être utilisées comme coagulant dans le traitement des eaux comme cela a déjà été réalisé pour un certains nombres d’espèces terrestres telles que le câprier (Jaeel et Ali, 2018), le manioc (Mohd-Asharuddin et al., 2018), les graines d’Hibiscus (Ndahi Jones et Bridgemanb, 2019), le psyllium (Ramavandi, 2014), l’opuntia (Bouaouine et al., 2019) ou le moringa (Feihrmann et al., 2017) entre autres.

D’autres sources de molécules naturelles peuvent être utilisées comme cela a été décrit dans la revue de Lima Junior et Abreu (2018). A notre connaissance, très peu de plantes aquatiques et aucun macrophyte aquatique submergé n’ont été évalués comme source de biomolécules pour le traitement des eaux (Varsha et al., 2010). Cependant, les classes de molécules intervenant dans les processus de coagulation/floculation en traitement des eaux sont, pour certaines, identifiées : il s’agit de composés du métabolisme primaire tels que les polysaccharides notamment l’amidon et les protéines mais aussi de composés du métabolisme secondaire tels que les tannins entre autres (Bouaouine et al., 2019). Ces classes de molécules étant présentes chez les macrophytes aquatiques et notamment dans le genre Myriophyllum (Delmail et al., 2013, Glomski et al., 2002) mais aussi chez les microalgues (Hamouda et Abou-El-Souod, 2018), il apparaît pertinent de rechercher une préparation adaptée de ces biomasses pour une mise en œuvre efficace et durable dans des réactions de coagulation floculation pour le traitement d’eau de diverses qualités : eaux industrielles, eaux de surface.

Cette thèse est proposée par Michel Baudu, au sein de l’équipe PEIRENE EA 7500, Université de Limoges (Ex-GRESE EA 4330).

Réseaux sociaux

Conférence « La toiture végétalisée, véritable écosystème urbain ? »

Notre collègue Anne-Laure Stérin recommande cette conférence proposée par l’ARB Île-de-France le mois dernier et dont la vidéo est désormais visible en ligne.

Dans le cadre de son cycle de conférences à destination du grand public, l’ARB Île-de-France vous conviait à rencontrer son équipe dans le cadre d’une conférence grand public à quatre voix animée par Marc BARRA, écologue, Hemminki JOHAN, stagiaire naturaliste, Audrey MURATET, écologue et Gilles LECUIR, chargé d’études.

Les toits végétalisés existent depuis des milliers d’années un peu partout dans le monde sous des aspects très variés. En Europe, ces toits ont été délaissés avec l’urbanisation croissante à la faveur d’autres matériaux (zinc, tuiles, tôle, ardoise, ou béton). Cependant, depuis les années 90, la prise en compte politique de la nature en ville s’est accompagnée d’un regain d’intérêt pour ces toitures végétalisées. Des « solutions industrielles » se sont alors rapidement développées, inondant les villes de toitures à orpins, dites toitures « sedum ». Quelques alternatives conceptuelles, encore rares, apportent cependant une nuance dans cette normalisation.

De multiples avantages écologiques d’accueil pour la biodiversité, de rétention d’eau ou de stockage de carbone sont associés à ces toitures mais qu’en est-il réellement ? L’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France a engagé en 2017 l’étude GROOVES (pour Green ROOfs Verified Ecosystem Services). Nos écologues, soutenus par le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), le Conservatoire botanique national du Bassin parisien (CBNPB), IEES-Paris et l’INRA, ont analysé 32 toitures de typologies différentes (extensives, semi-intensives et intensives) via des inventaires des plantes et des invertébrés (dont les pollinisateurs), et des prélèvements de substrats. Leur objectif était de comprendre le rôle écologique de ces nouveaux écosystèmes urbains. Les premiers résultats de cette étude sont surprenants et vous seront présentés lors de cette conférence.

Déroulé de la conférence :
Notre équipe a présenté en images les toitures sélectionnées, leurs caractéristiques et leur répartition géographique. Ils ont détaillé ensuite les différents protocoles de suivi qui ont été mis en œuvre, vous ont fait découvrir les communautés animales et végétales toiturophiles et ont expliqué les caractéristiques des sols de ces toitures (composition, rétention d’eau, carbone stocké…). Ce travail original, par la diversité des approches, permet de mieux comprendre les fonctionnalités écologiques des toitures végétalisées.

Réseaux sociaux

Soutien de la SBF à la recherche

Dans le cadre d’un appel à projet lancé en 2016, la SBF a accordé un financement de recherche à l’équipe de Yohan Pillon, chercheur à l’UMR LSTM à Montpellier et à ses collègues Daniel Petit, Christelle Gady, Marilyne Soubrand, Emmanuel Joussein et Gaëlle Saladin du pôle de recherche pluridisciplinaire PEIREINE de l’Université de Limoges.

Lande – photo : Y. Pillon

Cette équipe vient de publier les résultats de ses travaux dans la revue « Plant & Soil« .

Le résumé de l’article traduit en français :

La co-existence d’un grand nombre d’espèces de plantes en compétition pour les même ressources essentielles (lumière, minéraux, etc.) est une question fondamentale en écologie, en particulier lorsque les espèces sont étroitement apparentées. Une étude a été menée sur l’écologie de six bruyères (Calluna vulgaris et Erica spp., Ericacées) qui peuvent cohabiter dans les mêmes landes.

L’ionome, c’est à dire la composition minérale de ces plantes, a été caractérisé avec une méthode d’échantillonnage permettant d’exclure les biais liés à la composition du sol. Neuf communautés de bruyères ont été étudiées dans le Limousin, représentant huit combinaisons différentes d’espèces sur serpentine et d’autres substrats géologiques.

Les résultats montrent que l’ionome est influencé à la fois par des facteurs environnementaux et des facteurs taxonomiques, avec une interaction significatives entre ces deux paramètres. Des espèces de bruyères poussant sur le même site ont des profils ionomiques distincts, leurs compositions minérales sont différentes, ce qui suggère qu’elles n’ont pas les mêmes stratégies nutritives. Des associations mycorhiziennes différentes pourraient expliquer ces différences de signature chimique, mais cela reste à démontrer.

L’usage différentiel des minéraux du sols pourrait permettre à plusieurs espèces de plantes étroitement apparentées de cohabiter sur un même site. Il pourrait également expliquer la très forte diversité de certains écosystèmes arbustives ou de certains genres comme Erica. L’ionomique est donc un outil prometteur pour des études écologiques sur les espèces sauvages.

La référence de l’article :

Pillon, Y., Petit, D., Gady, C. et al. (2018) Ionomics suggests niche differences between sympatric heathers (Ericaceae). Plant Soil (online first) – https://doi.org/10.1007/s11104-018-3870-8

Réseaux sociaux